Témoignage de Sonia

En tant que présidente de Sauve-qui-Veut, j'ai reçu le témoignage de la tante d'un petit garçon de 4 ans qui s'est noyé, il y a quelques semaines, dans un étang. Sonia voudrait à présent sensibiliser d'autres parents au drame des noyades, hélas méconnu et tristement banal, en cette période estivale. Pour que d'autres familles ne vivent pas le même désespoir. 


Un enfant se noie en quelques secondes.. en silence.
Il n'y a pas d'au secours, pas de bras qui se débattent.
Il n'y a pas d'effet bouchon, pas de vase ni de boue en suspension.
Sa respiration se coupe, son cerveau débranche toutes les autres fonctions.
Il est inconscient.
L'enfant sombre silencieusement.
Il se pose délicatement au fond.
Ainsi est faite la nature.
Il ne souffre pas. Il n'a pas peur. Il n'a pas froid.
Son cerveau enverra un signal de respiration automatique encore une ou deux fois.
Si la trachée détecte un liquide au lieu de l'air salvateur,
le cerveau s'éteint, c'est la fin.
Immergé 3 minutes, les premières séquelles neurologiques deviennent irréversibles.
Et puis encore quelques minutes de plus, la fin est prévisible..
Il ne souffre pas. Il n'a pas peur. Il n'a pas froid.
Il n'est tout simplement plus là.
...
Pour nous il est trop tard. Nous avons sombré dans le désespoir..
On ne reverra plus jamais son regard tendre, son sourire malicieux.
On ne le prendra plus dans nos bras,
en lui susurrant "je t'aime" tout bas.
..
Mais vous, vous avez une chance, de garder vos trésors en sécurité.
Ne dites pas ça n'arrive qu'aux autres. Restez vigilants, protégez-les.
Les enfants de moins de 6 ans, eux, ne savent pas crier.


Écrire commentaire

Commentaires : 0